Vie locale Voir plus

JEP : Marc Mentel dévoile les secrets du blockhaus arcachonnais
JEP : Marc Mentel dévoile les secrets du blockhaus arcachonnais
JEP : Marc Mentel dévoile les secrets du blockhaus arcachonnais
JEP : Marc Mentel dévoile les secrets du blockhaus arcachonnais
JEP : Marc Mentel dévoile les secrets du blockhaus arcachonnais
JEP : Marc Mentel dévoile les secrets du blockhaus arcachonnais
JEP : Marc Mentel dévoile les secrets du blockhaus arcachonnais
JEP : Marc Mentel dévoile les secrets du blockhaus arcachonnais
JEP : Marc Mentel dévoile les secrets du blockhaus arcachonnais
JEP : Marc Mentel dévoile les secrets du blockhaus arcachonnais
JEP : Marc Mentel dévoile les secrets du blockhaus arcachonnais
JEP : Marc Mentel dévoile les secrets du blockhaus arcachonnais

Marc Mentel dévoile les secrets du blockhaus arcachonnais

Samedi 19 et dimanche 20 septembre, pour les Journées Européennes du Patrimoine, Marc Mentel, Président du Groupement de recherches archéologiques du mur de l'Atlantique du secteur Arcachon, a donné une conférence sur le blockhaus souterrain découvert dans notre Ville en mai dernier.

Pour tous ceux qui n'ont pas encore eu la chance d'y pénétrer, Marc Mentel proposait, lors des Journées du Patrimoine, une conférence sur le blockhaus souterrain découvert en mai 2015 au pied de l'Office du Tourisme de notre Ville. Le Président du Groupement de recherches archéologiques du mur de l'Atlantique du secteur Arcachon (Gramasa) était venu avec plusieurs dizaines de photos, de plans et d'explications dans ses bagages.

Devant une salle du Conseil Municipal archicomble, Marc Mentel a d’abord rappelé l'histoire de cette découverte. "Les anciens Arcachonnais connaissaient ce blockhaus. Nous nous doutions de son existence mais c'est véritablement l'enquête de géo-détection lancée par la Mairie qui nous a permis d'avoir l'assurance de sa présence". En mai 2015, après que l'édifice souterrain ait été clairement repéré à l'aide d'un géo-radar, la Municipalité et le Gramasa se sont donnés "trois jours pour ouvrir la chaussée, étudier le blockhaus et le refermer".

Deux jours pour ouvrir la porte blindée

Chance ou parfaite estimation ? Sans doute un peu des deux. "La tranchée que nous avons creusée nous a amenés directement sur une entrée", retrace Marc Mendel. Mais la pénétration dans l'édifice ne fut pas aussi aisée. "Il nous a fallu deux jours pour parvenir à ouvrir la porte blindée à double battant sans rien endommager". Une fois l'accès libéré, le Gramasa (qui possède des plongeurs parmi ses adhérents) a injecté du Nitrox à l'intérieur du bâtiment, afin d'oxygéner l'air et de le rendre respirable.

Il ne restait alors plus qu'une seule journée aux chercheurs du Gramasa. Comme l'expliquait, samedi 19 septembre, Marc Mentel, les observations et le rapport, remis par la suite à la Mairie, ont été réalisés en quelques heures. Très vite, le Président du Gramasa a compris qu'il n'avait pas affaire à un simple blockhaus de casernement, ainsi qu’il l'avait imaginé. "On n'a dénombré que neuf lits superposés à cornières à l'intérieur, tandis que les ouvrages de cantonnement classiques de même taille pouvaient loger 20 hommes".

Un ouvrage autonome énergétiquement et connecté à tous ceux du secteur

D'autres indices mettent le Président du Gramasa sur la piste d'un PC de commandement. "On a découvert un local qui accueillait un groupe électrogène. Le blockhaus souterrain d'Arcachon était entièrement autonome en électricité. Ce qui est très rare. Je n'en connais pas d'autres sur le Bassin". Cela s'explique sans doute par la position stratégique de notre Ville sur le chemin de Bordeaux. Suite à la tentative de débarquement de Dieppe en août 1942, les Allemands craignaient un nouvel assaut des Alliés. "Cet ouvrage a été livré en 1943, certainement pour se prémunir d'un éventuel débarquement", notait samedi le chercheur du Gramasa.

Dernier élément qui confirme la thèse selon laquelle le blockhaus d'Arcachon était bien un ouvrage central pour la défense du Bassin d'Arcachon, la présence de très gros et très nombreux câbles téléphoniques dans l'une des pièces de l'ouvrage. "Ce poste de commandement devait être en lien avec les différentes positions du Bassin pour les prévenir et communiquer avec elles en cas de bombardement", concluait Marc Mentel.

Le Député Maire souhaite rendre le blockhaus accessible à tous

A l'issue de ces passionnantes découvertes, l'accès à l'ouvrage souterrain avait été refermé, au printemps dernier, par les services techniques arcachonnais. Mais, Yves Foulon s'était alors engagé à "conserver et réhabiliter ce blockhaus avec l'aide des historiens". Le Député Maire de notre Ville avait ainsi indiqué : "Arcachon participera au devoir de mémoire. L'enjeu, désormais, est de rendre cet ouvrage accessible et d'assurer le suivi pédagogique à l'égard des jeunes générations".

Tags: